Les Barrabands

imgres

Femelle à gauche Mâle à droite


Nom commun
: Perruche de Barraband

Nom scientifique : Polytelis swainsonii

Description : Ces perruches mesurent environ 45 cm de long et pèsent aux alentours 150 grammes; Le mâle a un plumage vert et un bec rouge rosâtre. Il possède un masque jaune, rouge et bleu. En effet, le front est jaune jusqu’à la moitié du capuchon tandis que la partie postérieure de la calotte et la nuque sont teintées de bleu. Une large bande rouge entoure le devant du cou. Sinon l’ensemble du corps est vert. Le dessous de la queue est par contre noir souligné parfois de bandes roses.
Les femelles sont entièrement vertes. Les cuisses sont rougeâtres ainsi que le dessous de la queue. Les juvéniles restes verts et sont alors semblables à leur mère jusqu’à leur maturité sexuelle (ce qui rend difficile le sexage des jeunes)

Longévité : une bonne quinzaine d’année, voir une vingtaine en captivité…

Origine : Espèce endémique de l’Australie, zones boisées.

Chant :Ces perruches sont plutôt silencieuses, le chant est très agréable, moins criards que la calopsitte.

Régime alimentaire : Les perruches de Barraband sont granivores. Un mélange grandes perruches est suffisant, complété bien sur par d’autres aliments (fruits…)

Comportement : Ces oiseaux sont très calmes et posées, pas agressives, sociables, ce sont comme des grosses calopsittes, très bien pour les éleveurs débutants !

Reproduction : Les barrabands comme la plupart des perruches australiennes, pondent environ 3 à 7 oeufs, à raison de un tous les deux jours. dure 21 jours. Seul la femelle couve. Elle peut commencer à couver à partir du deuxième ou du troisième oeuf pondus. Les jeunes vont sortir du nid à l’âge de 5 semaines et seront entièrement sevrés à 8-9 semaines. La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 2-3 ans, c’est alors que le masque jaune du mâle apparaît.

Protection : les perruches de Barraband ne sont pas menacées. La population mondiale ne dépasse pas 5 000 individus matures et décline à cause de la dégradation de l’habitat. Ces oiseaux sont peu présent dans les élevages mais subissent tout de même le braconnage.

Les mutations en captivité : il n’existe pas de mutations bien définies pour le moment…Les éleveurs travaillent actuellement sur du panaché…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *